Qui était-il

" Quelques aperçus de sa Vie ……. "

Monsieur Louis Turenne est né à Paris le 21 mars 1872 d'une famille d'industriels et commerçants en matériel de pompage et d'installation d'eau (pompes, turbines, moteurs électriques, etc).
Il fait ses études à Paris, il sort diplômé Ingénieur de l 'Ecole Centrale des Arts et des Manufactures à l'âge de 19 ans.
La guerre de 1914-1918 au cours de laquelle il fut blessé ( à Verdun) étant Chef de Bataillon d'artillerie, lui valut la Croix de guerre et la Légion d'Honneur. Il fut nommé après sa blessure, en 1917, Professeur de T.S.F. (Transmission Sans Fils) à l'Ecole d'Artillerie de Fontainebleau sous les ordres du Général Ferrié.
Ce sont ses rapports avec ce Savant, qui développèrent en lui le goût de la Recherche Scientifique en particulier dans le domaine " des ondes " auxquelles il se consacra peu à peu entièrement.
Les activités de sa famille l'ayant mis en contact avec des sourciers, Louis Turenne s'est intéressé très tôt aux ondes subtiles, travaillant dans toutes les directions possibles, avec une passion particulière pour la Géologie et la recherche minière. C'est Lui qui au Maroc détermine les gisements de Phosphates et la source d'eau minérale Sidi Harazem analogue à Perrier.
Il installe ses Laboratoires à Paris Rue de Chazelles et suit de très prés la Recherche Scientifique Officielle et effectue des expériences de spéciaux contrôles d'ondes qu'il mentionne dans les livres qu'il écrira sous le titre :
"De la baguette de Coudrier aux détecteurs du Prospecteur"

Louis Turenne est le premier à annoncer l'existence d'un " 93° corps " dans le classement de Mendeleieff et à en donner les caractéristiques. Quelques années plus tard, le Physicien Italien Enrico Fermi l'isolera, mais il rendra hommage à Turenne seulement en 1940. Il sera dénommé: Neptunium.

Réfugié à Eymoutiers (Haute Vienne) de 1943 à 1947 pour échapper à une demande de collaboration de l'Allemagne ( ?) Il en profite pour tracer les gisements de Radium dans la Région du Limousin, mais ne sera pas suivi par la Recherche Officielle.
"Après la guerre tous les forages confirmeront ses plans".

En 1947 Louis Turenne s'installe à Nice, poursuit ses travaux avec ses nombreux correspondants : le Docteur BEBEL de Lausanne, le Dr. ROUY et le Dr.MACHETOUT à Paris, l'Abbé LAMBERT, l'Abbé MERMET. Ils vérifièrent les travaux de LORENZ, toutes les souches des Laboratoires Boiron, etc…

En 1952 il est poursuivi par le Conseil de l'Ordre des Médecins de Nice, mais le procès jugé en octobre-novembre '52, se résoudra par le "franc symbolique" de dommage.

Madame Turenne et le Colonel De Blois sont des précieux collaborateurs, ils forment de nombreux élèves.

Monsieur Turenne meurt à Nice le 30 Juin 1954, à l'âge de 82 ans, mais son œuvre se poursuivra dans l' esprit qu'il avait adopté.
Les livres IX° e X° seront publiés après sa mort par " Omnium Littéraire " à Paris.


Préface au Livre IX° (L.Turenne)

J'ai voulu atteindre mes 80 ans et les résultats de mes nombreux contrôles, puor publier ces travaux.
Je voudrai, à la fin de ma vie, avoir créé l'instrument scientifique, qui puisse réunir en une seule science (la Science des Ondes) toute les Méthodes, anciennes et nouvelles, qui ont pour but de soulager l'humanité et de faire paraître moins pénible le passage sur la Terre aux malheureux déficients de Santé, si nombreux dans tous les pays.
Je remercie les Médecins, les Pharmaciens et mes nombreux Elèves qui ont bien voulu m'aider de leur compétence, de leurs conseils, de leurs encouragements dans la poursuite de cette œuvre scientifique de dévouement à nos semblables.
Puisse mon travail être compris comme une œuvre créatrice de rapprochement de toutes les méthodes tendant au mieux des " humains ".

(Louis Turenne 1952)


"Eloge funèbre de Monsieur Turenne, prononcé par Paul Reboux"

…Après la mort d'Auguste Lumière, nous pouvions croire que le cruel destin qui venait de frapper la Science française s'était rassasié.
La mort soudaine de Louis Turenne est un nouveau coup de sort. Tous ceux qui connaissent l'importance de l'œuvre qu'il laisse, tous ceux qui ont connu cette puissance de travail et de pensée qu'il avait conservée jusqu'au dernier jour, ont été bouleversés par cette nouvelle tragique.
Quand disparaît une aussi belle intelligence, on sent que le monde perd une de ses richesses. Quand meurt un homme si bon, si compatissant à toutes les souffrances, si acharné à trouver les moyens d'améliorer l'existence humaine, de faire reculer la douleur, de faire patienter la mort, on a le sentiment qu'une ombre s'est répandue sur nous.
Une des lumières de l'esprit vient de s'éteindre brusquement. Et l'on va commencer à comprendre que Louis Turenne fut, en ce qui concerne " les ondes humaines ", l'équivalent de ce que furent Claude Bernard en physiologie et Louis Pasteur en bactériologie. Il a guidé les tâtonnements d'une science qui ressuscite. Il a ramené vers l'expérience, la raison, la discipline, une pratique que les esprits de bonne volonté mais d'imagination trop riche, confondaient avec des pratiques de magie.
L'étendue de son œuvre apparaîtra mieux quand la " science de captation des ondes), qui a fait des progrès géants depuis quelques années, sera, comme l'homéopathie et la chiropratique, devenue une science officielle, pour le plus grand bien des médecins dont elle sera devenue l'indispensable auxiliaire, et des malades qui lui devront la guérison.

Dès le début de sa carrière, Louis Turenne avait été un savant écouté avec ferveur par les jeunes élèves officiers auxquels il enseignait la T.S.F. dans une grande école officielle.
Sa clairvoyance, son discernement, son souci de ne jamais s'écarter de ce qui se mesure et se prouve, lui ont permis de composer des traités, nourris de précision mathématique, sur la Science des Ondes, le Radium, la Loi des Semblables, la Radioactivité, les eaux lourdes, et tant d'autres sujets….

Il a créé des instruments de précision pour tous ceux qui s'aventuraient dans l'incohérence des sciences nouvelles. Il a rendu possible de passionnantes initiations.

Il a soulevé le voile des Lois Mystérieuses. Il les a révélées et fixées. Il a pénétré dans une zone inexplorée de découvertes.
Les prodiges qu'il a révélés lui ont valu une renommée contre laquelle se sont dressés, selon l'usage, les envieux, les jaloux, les attardés. On l'a attaqué, persécuté. On l'a fait comparaître, lui, le savant vénéré, devant un Tribunal correctionnel ! On l'a d'abord relaxé, puis condamné, par des attendus hypocrites qui donnaient de menus gages à ses adversaires tout en proclamant la dignité et l'intégrité de l'accusé.

Bah ! Ce sont les signes où se reconnaît la gloire. Plus on est élevé, plus on court de dangers. Louis Turenne, il y a un demi-siècle, fut un des premiers 'sourciers scientifiques' Maintenant, quarante mille disciples le considèrent comme un des plus éminents doctrinaires de l'art qu'ils pratiquaient empiriquement.
Il a donné aux ondes " leur science ", comme Branly a précisé les principes de la Transmission sans fils, comme les frères Lumière ont mis au point le cinéma.
C'est à ces grands noms qu'il faut comparer celui de Louis Turenne.

Il vivra dans l'Histoire de la Science française.
Il vivra dans le cœur de tous qui ont pu connaître quel Ami il était. " " " "

Si vous voulez en savoir plus visitez le notre site www.turenne.it





Tout ce qui concerne les Momos

Les grandes
categories

Louis
Turenne